L’heure du bilan pour le projet Variocel

Sélectionné lors de l’AAP Transfert de Technologies « Santé et Biotechnologies » de 2018 et soutenu par la région Bretagne, le projet VARIOCEL touche à sa fin. Ce projet, porté par BIOARMOR Développement (Plaintel – 22), en collaboration avec le LBCM (Laboratoire de Biotechnologie et Chimie Marines – Université Bretagne Sud) a été accompagné Biotech Santé Bretagne.

Ce projet de 24 mois a permis la mise au point d’un modèle d’étude de la colonisation digestive, grâce au nématode Caenorhabditis elegans. Ce modèle permet l’évaluation des activités anti-infectieuses de composés naturels, tels que les huiles essentielles, sur le pathogène digestif Salmonella Typhimurium. Son développement apporte au LBCM de nouvelles perspectives d’évaluation des interactions hôtes pathogènes, l’étude des biofilms bactériens étant un axe déjà fortement développé. Les compétences acquises par BIOARMOR développement au cours de ce projet ont également été valorisées à travers l’organisation de journées techniques, ayant pour thème la gestion des biofilms et qui ont donné lieu à deux articles dans la presse spécialisée.

Le développement de cette technologie permet aujourd’hui de renforcer les liens entre les deux partenaires, qui se projettent vers de nouvelles collaborations à l’issue de cette première phase, toujours accompagnés par Biotech Santé Bretagne. Celles-ci auront pour but de démontrer l’intérêt prédictif de ce modèle, à l’interface entre l’in vitro et l’in vivo, afin d’optimiser la recherche de nouveaux anti-infectieux, tout en limitant le recours aux tests sur animaux aujourd’hui controversés.  Pour cela, son application à d’autres pathogènes problématiques des élevages, ainsi que l’ouverture vers de nouveaux partenariats sont envisagés.

Source : Communiqué de BioArmor

Publié le 7 décembre 2020

Partager :

Pour aller plus loin