La technologie HEMO2life® permet une double greffe complexe

Le dispositif médical HEMO2life® développé par la société bretonne Hemarina contient un transporteur d’oxygène issu du ver marin arénicole et facilite la conservation des greffons et leur reprise. Cette innovation ouvre de nouvelles possibilités aux greffes complexes. Le dispositif vient une nouvelle fois de faire ses preuves avec l’Institut Amrita des Sciences Médicales (AIMS) de Kochi en Inde qui a récemment été le premier hôpital au monde à mener une double greffe des membres supérieurs à l’aide de HEMO2life®. En 2017, l’innovation avait été utilisée lors de la première seconde greffe de face menée par le Professeur Laurent Lantieri à l’Hôpital Européen Georges Pompidou, Assistance Publique – Hôpitaux de Paris.

Bloc opératoire – Institut Amrita des Sciences Médicales (AIMS), Kochi- 25.09.21

Une double greffe rare et délicate

La première double greffe des membres supérieurs chez un jeune patient doublement amputé en utilisant la technologie de conservation des greffons d’HEMO2life® a été menée le 25 septembre dernier à l’AIMS de Kochi en Inde. La technologies est basée sur la libération physiologique d’oxygène par l’hémoglobine du ver marin arénicole. Il s’agit pour l’Institut Amrita de sa 9e double greffe des membres supérieurs et la première réalisée grâce au dispositif médical HEMO2life®. Contrairement aux greffes de reins ou de foies qui sont couramment pratiquées, le nombre de greffes de mains à l’échelle mondiale ces 20 dernières années ne dépasse pas les 200. Les doubles greffes d’avant-bras sont quant à elles rarissimes à l’échelle mondiale essentiellement en raison de la difficulté de l’acte chirurgical qui nécessite de nombreuses heures d’interventions et une logistique complexe.

La technologie HEMO2life® : une approche biomimétique qui permet d’oxygéner le greffon en attente de transplantation

HEMO2life® est composé d’une hémoglobine extracellulaire issue du ver marin, Arenicola marina, découverte par une approche biomimétique. En effet, ce ver possède l’ancêtre de nos hémoglobines qui n’étaient pas contenue dans un globule rouge il y a 450 millions d’années, période d’apparition de cet organisme sur terre. Ce ver est capable de rester au moins 6 heures sans respirer grâce à son hémoglobine qui se charge en oxygène à marée haute. Le ver au cours de son évolution s’est adapté au phénomène des marées ; le cycle marée-haute/marée basse est l’équivalent de la problématique ischémie/reperfusion en médecine. Un greffon déconnecté d’un donneur n’est plus oxygéné, c’est l’équivalent de l’arénicole à marée basse qui vit sur son stock d’oxygène. En mettant en présence ce greffon avec l’hémoglobine de l’arénicole, très fortement chargée en oxygène, on lui permet d’avoir suffisamment d’oxygène physiologique le maintenant en vie, même déconnecté. Ce transporteur d’oxygène universel a été développé après plusieurs années de recherche par la société bretonne de biotechnologie Hemarina et constitue le premier produit efficace en clinique dans la prévention de l’ischémie/reperfusion dans le cadre de la greffe d’organes.

Publié le 9 novembre 2021

Partager :

Pour aller plus loin